LA TCH D’ÉRIC DUDOIT…
…à Marseille le we dernier.
Je vous la livre ici avec son autorisation et les échanges qui ont précédé sa diffusion.
J’éprouve beaucoup de gratitude à son endroit ; dans un monde rempli de personnes qui ont peur de leur ombre, Éric est un véritable ami dont le courage force l’admiration.

Pour les rares personnes qui ne le connaissent pas encore, Éric Dudoit est diplômé en Théologie et Docteur en Psychologie clinique et Psychopathologie de Aix Marseille Université (AMU), où il est co-coordinateur du Diplôme Universitaire et DIU Soins palliatifs et éthiques, chargé de cours en Médecine, Psychologie clinique et Psychologie sociale de la santé.

Il est aussi enseignant-chercheur associé au Laboratoire de Psychologie Sociale de la Santé (EA 849), responsable de l’Unité de Psycho-Oncologie du Service de Soins Palliatifs et Oncologie Médicale du CHU La Timone à Marseille. Il a publié de nombreux articles scientifiques en Français et en Anglais sur la spiritualité dans les soins.
Les abonnés de RTCH pourront nous voir dans une émission animée par Marc LEVAL qui sera mise en ligne le 6 juillet.
Voici le compte-rendu de TCH qu’il m’a adressé :

« Voila le texte avec encore mes milles merci a toutes l’équipe et toi ! bises
Comme dans un écrin de nature vierge de toute conscience humaine, je marche tranquillement en silence… Je respire, il fait bon, je ne réalise pas tout de suite où je me trouve.
Le temps passe, alors que mes pas me mènent vers un ruisseau.
Je sens que l’on touche ma jambe, ma jambe ?

Je réalise alors que je me suis peut-être endormi et que j’ai même dû ronfler dans une grande salle où se trouvent une quarantaine de personnes ! Je n’ai pas honte, je ne me sens même pas coupable.
J’entends la voix de Jean Jacques, elle est douce et… mes yeux se referment vite, ils papillonnent quelque peu.
Je pense à Gilbert, mon beau-frère aimé qui est de retour en sa demeure depuis peu, mais je ne le vois pas, ni ne le contacte, c’est une autre force qui me tire par-devers moi ; je suis maintenant dans les étoiles, au coeur d’une myriade d’étoiles.
L’expérience est en fait indescriptible avec ma pensée ordinaire, je vois l’amas des soleils d’Orion, d’autres étoiles dont je connais alors le nom parfaitement et qui m’échappe encore maintenant. Je suis…
Je suis chez moi ça je le sais, mais où ?
Je ne vois rien de mes chers disparus. Juste une jungle derrière moi et d’avant le « vide sidéral », alors qu’une silhouette de bleu vêtu se tient près de moi. Nous regardons par la « fenêtre », la grande baie vitrée qui n’en est pas une, car intimement je sais que c’est la paroi de matière « organique ? » qui se fait transparence… La voie lactée est belle, je suis en joie, ému, tout est bien, de ça je me souviens aussi. Le reste semble endormi en moi, alors que je lève vers ma chaise…

Merci pour ce dépôt et ce voyage, merci Jean Jacques et toute son équipe très douce et empathique, pour ce moment doux à mon coeur, merci à tous et à la TCH… »

Ma demande :
« Merci Éric pour ce retour rempli de douceur ; on pourrait dire « la TCH d’un frère des étoiles » qui, l’espace d’un instant, a pu les retrouver.
On se demande qui peut être « la silhouette de bleu vêtu » qui se tient près de toi ; Gilbert, Dieu, Marie, une autre présence ? La réponse est dans ton cœur et chaque lecteur aura aussi sa petite idée en fonction de sa sensibilité et de sa culture.
C’est aussi ça la TCH : chacun s’approprie l’expérience de l’autre pour interpréter à sa façon les différents témoignages et en faire son miel.
M’autorises-tu à partager ton texte signé de ton nom ou ne préfères-tu pas ? Je ne t’en voudrais absolument pas si tu ne le souhaites pas. Compte tenu des différentes polémiques autour de notre démarche, je comprendrais sans aucun problème.

Avec toute mon amitié.
Je t’embrasse.
JJ »

Sa réponse :
« Oui ! tu peux absolument ! nous sommes tous les deux dans cette aventure sur une route similaire , je pense que la TCH est un très bon moyen pour aller vers demain ! je suis avec toi à 100 pour cent ! je t’embrasse eric. »

Laisser un commentaire