« C’EST GRÂCE À MAEVA QUE J’AI COMPRIS QUE JE N’AI RIEN INVENTÉ »

… nous écrit Emmanuelle Abgrall qui a fait sa TCH à Lille le dimanche 28 février au matin.

Elle aura la confirmation que cette Maeva existe bien et que cette information n’était pas un souvenir enfoui de son inconscient, mais une information venant de l’extérieur comme je le dis et le répète inlassablement depuis le début de la TCH.

Oui, merci Maeva et merci aussi à Emmanuelle qui confirme par son témoignage l’hypothèse de l’origine extraneuronale de certaines informations.

Bonjour Monsieur Charbonnier et toute l’équipe,

Je souhaite humblement partager mon expérience notamment pour les personnes qui s’apprêtent à vivre leur première TCH et qui comme moi ne sont ni médium, ni thérapeute.
Je suis une femme de 36 ans, curieuse, ouverte et en quête de résilience. Je vous ai connu Monsieur Charbonnier vous et votre travail vers le mois d’ octobre 2020. Cela est donc très récent.

Je vous avais déjà écouté via une vidéo sur la chaîne tistrya sur le thème de la vie après la mort mais je ne m’en suis souvenu que plus tard.
Et oui ce sujet me passionne beaucoup. Ni une ni deux je me connecte à votre site et repère une session sur Lille.

Parfait !

Comme une bonne élève je me prépare via votre MP3 plusieurs fois par semaine mais après quelques semaines de pratique je fais les frais d’une intrusion, d’une entité malveillante qui vient me déranger pendant la séance et qui me suivra quelques jours encore. J’apprends alors qu’il faut se protéger, créer son propre égrégore avant toute forme de méditation.
Bref encore une leçon !

J’ai bien lu quelques témoignages de TCHistes qui relatent des choses fantastiques, merveilleuses mais je préfère ne pas trop en lire car je sais que j’ai parfois du mal à faire taire mon mental et je souhaite ne pas avoir d’attente particulière pour cette première expérience.

Jour J, je suis bien au chaud sur le transat et votre voix commence à me bercer. Je reste bien concentrée et calme.
Lorsqu’arrive le moment où il faut s’enraciner et se connecter à ses différents chakras, je me sens bien et connectée à moi même mais aussi à l’ensemble de la salle et de ses participants. Quelle force !

Je n’éprouve pas d’ émotion particulière mais lorsque nous nous connectons tous ensemble au chakra du plexus solaire, une grosse larme coule le long de ma joue et cela me surprend car je n’éprouve aucune forme de tristesse. J’en déduis que ce chakra est en souffrance et je me le note donc afin de le bichonner lors de mes futurs sessions de yoga.

Lorsque nous devons quitter le chakra couronne je pars comme une flèche vers le cosmos à une vitesse folle, sans vous attendre.

Comme vous l’avez suggéré lors du briefing Je décide de ne pas suivre l’intégralité des tableaux que vous avez proposés sauf le banc, la plage, la montagne et son vol au dessus de la vallée. Pour le reste je ne me souviens pas de vos suggestions.

Je rencontrerai 3 défunts; 4 en fait mais il y en a un qui m’était inconnu.

Lorsque nous en sommes au tableau du banc, ma grand-mère Marguerite qui est décédée 6 jours plus tôt vient à moi. Elle est jeune, très jeune mais son air est grave et pleins de regrets. Je suis en larmes, je suis tellement émue, pleine de gratitude qu’elle vienne à moi. Elle se placera sur ma gauche et me montrera cette direction me faisant comprendre qu’elle souhaite évoquer son passé. Son regard se perd au loin.

Elle ne parle pas mais je comprends instinctivement les messages qu’elle m’envoie, ils résonnent dans ma tête.  » j’ai eu un passé très douloureux, je suis désolée si je vous ai fait du tort, je me battais avec mes propres démons ».
Puis son visage se tourne alors vers le mien et je comprends « je suis si triste de vous quitter ».
Nous regardons ensemble vers la droite et elle m’explique qu’il y a un autre chemin pour moi et un futur qui m’attend.

Viendra ensuite mon arrière-grand-père Emmanuel. Il n’a rien à me dire mais sa présence suffit. Nous sommes assis tous les deux sur le banc. Je sais que nous nous tenons la main même si je ne les vois pas.
C’est alors qu’une ravissante et très petite fille, une petite poupée marche vers moi. Je la prends dans mes bras, la place sur mes genoux et la questionne du regard. Je ne sais pas qui elle est et pourquoi elle est venue à moi.
Mon arrière-grand-père regarde la scène attendrie. Je la câline, lui sourit et toujours de manière complètement télépathique je comprends qu’elle s’appelle Maëva et qu’elle a un message pour sa maman. « Dis à ma maman que je l’aime ».
Maëva je t’en ai fait la promesse pendant l’hypnose et lors du débriefing j’ai bien transmis ton message qui a été accueilli favorablement par une thérapeute qui suit ta maman pour l’aider à accepter ton départ.
C’est grâce à ta venue Maëva que j’ai compris que je n’ai rien inventé, que les tableaux qui se sont formées sous mes paupières ne sont pas le fruit du mental sinon comment aurais-je pu te rencontrer ?

Merci jolie Maëva.

Au cours de la TCH je reçois également des soins qui se manifestent par des douleurs, comme des tiraillements et qui pour ma part se situeront au niveau de l’un de mes genoux et de l’un de mes bras.

Je pense également revivre une vie antérieure. Je me vois femme, travailler à la ferme en sabots et costume d’époque, en tablier, une robe bleu clair et un corset en lin, une coiffe blanche sur la tête.
Je longe la fermette et le poulailler avec un seau à la main que je dois remplir à la source. Une cavité dans la roche apparaît alors, la source est à mes pieds, j’y remplis le seau.
Derrière moi une ombre imposante s’approche et prend forme tout doucement. Je pense immédiatement à un chaman. Il ressemble à un Indien vêtu d’un manteau en fourrure et d’une énorme coiffe indescriptible.
Je vois mal son visage car il reste à distance et la cavité est assez sombre. Je comprends toujours par télépathie qu’il me commande, m’ordonne de me vider le seau sur la tête ce que je fais sans attendre et de manière complètement incontrôlable. Il commence à s’activer autour de moi à la vitesse de l’éclair, me jetant de la terre, me soufflant des feuilles, des plumes et je ne sais quoi encore que j’ai oublié. Il me fait alors comprendre que je viens de vivre un rituel de purification, ma renaissance.

Il prend alors mes mains et une énergie chaude commence à monter dans mes doigts, mes paumes, mes poignets…
Le chaman disparaît tout doucement mais l’énergie qu’il m’a transmis continue à se répandre dans mes coudes, mes bras, mes épaules et c’est très agréable.
Et puis vous reprenez la parole pour nous emmener ailleurs.
J’arrive sur la plage d’Étretat que je n’ai jamais visité et qui est très reconnaissable grâce à l’érosion de sa roche si particulière. Mon petit garçon que je n’ai jamais connu me tient la main et nous nous tenons ensemble sur cette plage.
Des ancêtres défilent de ma droite vers la gauche tranquillement mais ce ne sont que des ombres dans une fumée violette.
Je repère distinctement la forme des visages et des bustes et ils me contournent pour former enfin une grande spirale que je peux observer puisque à présent je suis hors de mon corps et je vois la scène du dessus.
Je suis au centre avec mon fils et tous mes ancêtres m’encerclent en se reliant les uns aux autres, une main posée sur l’épaule du voisin.

Je verrai également des animaux. Une baleine qui bondit hors de l’eau et l’esprit d’un rhinocéros.
Concernant le rhinocéros je ne m’en souvenais pas à mon réveil mais il met clairement réapparu le soir même alors que j’étais en train de m’endormir et je savais de manière inexplicable que c’était lié à la tch que j’avais vécu le matin même.
La symbolique de ces deux animaux est très belle et je la garde précieusement vers moi comme une leçon à apprendre, une voie à suivre.

Je rencontrerai également ma chienne qui nous a quitté il y a 2 ans. Elle est venue à moi sur la montagne et m’a donné du courage pour que je prenne mon envol dans la vallée.

Enfin lorsque vous suggérez un tunnel de lumière et d’amour inconditionnel, celui-ci se matérialise au-dessus de moi. Ce tunnel est en réalité un œil géant, juste l’iris qui irradie tel les rayons d’un soleil matinal et la pupille.
Je suis aspirée doucement vers le centre, vers la pupille que je traverse. L’iris, la lumière m’avale, m’accueille et je me retrouve alors immergée, bercée tel un bébé en position fœtus dans un océan d’amour, de douceur, de bien être.

L’heure du retour à déjà sonné et il me semble que mes chakras semblent beaucoup plus énergisés qu’au début, surtout le chakra couronne où j’ai clairement la sensation qu’un poul, qu’un cœur bat à cet endroit.

L’expérience était belle, riche, trop courte.

Je reviendrai Monsieur Charbonnier.

Merci à toute l’équipe pour votre travail.

Cordialement.

Emmanuelle Abgrall.

 

Laisser un commentaire