Chaque vie renferme probablement l’esprit d’une oeuvre littéraire. Au fond la qualité narrative et les effets de style importent peu ; pourvu que l’on y trouve du plaisir, du sens et que la conclusion laisse une belle marque, ou mieux, une belle trace.

Une page blanche sur laquelle se trouveraient uniquement un point d’interrogation, un point d’exclamation et trois petits points semble d’ailleurs plus signifiante qu’un long paragraphe ponctué d’affirmations puis d’un point final ; ça vaut d’autant plus pour la conclusion… non ?

Cette oeuvre, j’en suis à la fois le lecteur et l’auteur. Mais je ne sais pas écrire ou si mal et tant mieux, alors j’apprends. Parfois, même, je ne sais pas lire, je ne comprends pas tout.

Donc, je m’interroge encore et encore. J’écarte les explications toutes faites, les fausses « spiritualités ».
Je n’en veux plus, même et surtout desdits « éveillés ». Un jour, le livre se refermera.
Je comprendrai et j’essayerai de laisser cette petite marque ou, mieux, cette petite trace, dans la grande bibliothèque de la Vie…

Laisser un commentaire