SE SOUVENIR DU FUTUR ?

TÉMOIGNAGE TCH DE MANON, 14 ANS.

Yves et Claire Rousselot sont tout d’abord venu de chez eux à Toulouse pour faire une TCH. Ils étaient accompagnés de leur fille Manon âgée de 14 ans mais ils ont préféré faire leur séance sans elle pour se rendre compte par eux-mêmes de l’expérience afin de savoir si leur fille pourrait la faire plus tard avec eux. Je pense que c’est exactement comme cela qu’il faut s’y prendre pour savoir si son enfant est en mesure d’assister à une TCH car qui de mieux placer que des parents pour connaître la personnalité d’un enfant ? Rassurés par le protocole et le sérieux de nos séances, c’est donc en présence de Manon que la petite famille a pu vivre l’expérience TCH à Bourges ce we.

Dans la dernière partie du témoignage, Manon relate un phénomène qui pourrait s’intituler « se souvenir du futur » et qui intéresserait sûrement mes amis Romuald Leterrier et Jocelin Morisson. Est-ce que la Manon âgée de 4 ans a pu apercevoir la Manon de 14 ans au moment de sa TCH ? La question peut se poser puisque en CIE les informations sont en totale indépendance du temps et de l’espace.

Et si Manon s’était souvenue de son futur ?

Bonne lecture les amis.

Photo clin d’œil au TCHistes Julie et Nicolas Mariotti Bindi pour leur dire que j’ai bien reçu chez moi leur production locale de vins Corses ; c’est vraiment trop gentil. Je saurai en faire bon usage.

Cher Jean-Jacques, cher Marc, cher Etienne,

C’était un vrai bonheur de vous retrouver toute notre famille à Bourges, le week-end dernier.

Pour rappel, notre fille Manon (14 ans) était venue avec nous à Toulouse lors de la TCH du 26 septembre 2020 mais elle n’avait pas participé à l’atelier TCH et était restée dans sa chambre d’hôtel en nous attendant.
Cette fois-ci, elle a insisté et a exprimé sa forte envie de faire avec nous deux séances de TCH. Elle n’a pas été déçu, bien au contraire.
Elle a fait deux TCH extraordinaires qui l’ont remplies de joies et d’émotions.

Donc comme promis, Manon vous adresse ci-dessous l’incroyable voyage qu’elle a réalisée lors de sa 1ère TCH de samedi dernier après-midi. Je n’ai fait qu’être « son secrétaire » en tapant son récit. Le texte reproduit complètement les mots que Manon a prononcés, je n’ai rien modifié. Pour info, Manon est en classe de 3ème et est très bonne en français et en rédaction écrite.
Manon vous donne son accord, cher Jean-Jacques, si vous désirez citer son prénom & son nom et reprendre l’intégralité ou une partie de son récit.

Nous vous enverrons le récit de sa 2ème TCH (tout aussi magnifique) dans les prochains jours
Nous sommes bien rentrés en Helvétie dimanche soir après plus de 6h de route, mais heureux, le cœur léger avec le plein d’émotions et de fortes expériences vécues tous les trois.

Nous avons été aussi très impressionnés par les témoignages des autres TCHistes.
Nous vous remercions encore pour votre accueil, votre bienveillance, pour ces magnifiques émotions que nous avons vécues, sans oublier le formidable travail de recherche que vous faites concernant l’hypothèse de la CIE et l’étude par le recueil de tous ces témoignages incroyables au niveau des soins énergétiques, preuves de l’au-delà et tant d’autres choses tout aussi fascinantes.

Prenez bien soin de vous.
Au plaisir de vous revoir, chers Amis
Excellente soirée et amicales salutations.
Yves Rousselot

Yves, Claire et Manon Rousselot

Témoignage de la 1ère TCH de Manon Rousselot (14 ans) le samedi 09.01.2021 après-midi à Bourges :

 » Tout d’abord, j’aimerais vous remercier pour cette magnifique TCH. Vous constituez une très belle et formidable équipe. Voici donc mon 1er témoignage lol:

Tout au début, je suis et bois vos paroles. Je suis déjà très détendue .

Je ne mets pas longtemps à réaliser que je pars et me retrouve dans le cosmos. Me voilà debout face à l’univers et face à des millions d’étoiles.

Je me rends compte rapidement que je suis en train de marcher sur l’eau. J’aperçois à droite une lumière blanche vive scintillante. Je vais vers elle et la traverse. Très vite, la lumière devient moins intense et laisse place à un paysage tenté de blanc immaculé partout.

Je suis rappelé par ma CAC et j’entends de nouveau vos paroles suggérant une brume blanche. Je repars ensuite dans cette brume. Elle avance progressivement vers moi. J’aperçois alors des silhouettes qui en s’avançant dessinent des corps humains. Je n’ai compris que quelques secondes plus tard qu’ils s’agissaient d’anges. L’un d’eux se présente à moi et me tend la main. Je la saisie et nous rejoignons le groupe d’anges restés un peu en retrait. Le groupe et moi avançons alors dans la brume.

Au fur et à mesure que nous marchons, les silhouettes d’anges disparaissent (sauf l’ange qui me tient la main). La brume devient moins épaisse et laisse place à un paysage de forêt. Cet ange me lâche la main et me fait comprendre que je dois continuer seule ce voyage. Il s’écarte et je me retrouve seule.

Un paysage magnifique s’offre à moi, aux arbres feuillus et aux couleurs d’automne. J’aperçois alors posé sur un petit sapin un majestueux paon, me faisant signe de venir à sa rencontre. Prudente mais confiante, je m’approche de lui. Il baisse alors sa tête et je comprends que je peux le caresser sur la tête, ce que je fais. J’ai alors vraiment la sensation de toucher son plumage.

Je reviens alors dans cette forêt. A ma grande surprise, mon paon prend son envol et laisse derrière lui une trainée de plumes bleues cyan.

Je ne sais alors pas comment, mais je change de paysage.

Je me retrouve alors pieds nus dans le désert. Je ressens alors la chaleur du sable chaud à mes pieds. Je m’assois sur le sable. Puis, je relève la tête et j’aperçois un grand zèbre venant à ma rencontre. Je le caresse. Pour la seconde fois, je ressens encore plus au niveau du toucher son pelage assez sec et lisse. Il me fait signe de le suivre. Je m’avance alors et je l’accompagne jusque dans un immense canyon. Nous nous dirigeons alors vers une grotte au pied d’une falaise. L’animal me fais signe d’entrer mais ne me suis pas. Je m’enfonce à l’intérieur de la grotte et je me retrouve alors dans un magnifique jardin où deux femmes jouant dans l’eau me sourient et me saluent. Je leur répond par un signe amical de la main. Je continue ma traversée.

Je me retrouve alors dans un parc entouré de fleurs géantes où est installé un banc. J’aperçois alors un de mes amis décédé brutalement en 2016. Il est assis sur ce banc. Il s’appelle Thierry. J’ai de très fortes douleurs au niveau du cou (à savoir que cet ami est décédé suite à une rupture au niveau de sa nuque, justement).

A sa vue, mes larmes se mettent à couler sans que je m’en aperçoive. Ces larmes me ramènent à ma CAC qui se réactive. J’ai envie immédiatement de repartir et je me plonge dans vos mots.

Je repars alors et reviens vers mon ami Thierry. Il me fais un large sourire si bien que je fonds en larme, tant l’émotion est forte. Il m’invite à m’assoir à ses côtés. Thierry me demande alors de ne plus pleurer pour ne pas interrompre ce moment.

J’arrête alors de pleurer et une question me vient en tête : « Est-ce que tout ira bien ? ». Avant d’avoir même fini de formuler ma question, j’obtiens déjà sa réponse : « Oui ».

Alors, sans me parler, il me communique par télépathie qu’il a un message à faire passer à mon papa Yves : « Il n’a plus à s’en faire. Il faut juste qu’il soit patient. Tout ira bien pour lui  » (Note du papa : concernant son avenir et sa voie professionnelle).

Les larmes coulent de nouveau sur mes joues et je n’arrive pas à les stopper.

Je ressens alors un amour inconditionnel, une grande chaleur au cœur, Je ne m’arrête plus de pleurer. Cette chaleur grandit encore et je me sens apaisé. Thierry se lève. J’ai compris alors que c’est fini avec lui. Il se retourne et pars en direction d’un arche de rosiers. Il se tourne vers moi et me fait alors un dernier grand sourire. Il part définitivement.

Je reste là assise sur le banc à contempler les fleurs. A ce moment-là, le banc s’élève dans les airs. je me retrouve alors dans cette brume lumineuse, toujours assises sur ce banc blanc.

Je pense que 10 minutes se sont écoulées, mais je ne voulais pas partir.

A ce moment-là, j’aperçois une silhouette émergeant de la brume. Je la reconnais. C’est l’ange qui me tendait la main au début de mon voyage.

Il me tend de nouveau la main. je la saisis et nous nous avançons tous les deux au travers de la brume. Nous marchons un petit bout sur le chemin, puis nous nous arrêtons. L’ange me tend alors une rose (la même rose que lors d’une précédente vision faite avec l’aide d’une hypnothérapeute le 23 décembre dernier). Je la prends et je la sens comme la dernière fois. Je perçois sous mon masque cette odeur divine de rose. Je comprends alors que l’ange qui se tient à côté de moi n’est autre que mon ange gardien (je réalise aussi à ce moment-là que c’est lui que j’avais déjà vu lors de ma séance d’hypnose en décembre dernier). Il me sourit alors et nous continuons le chemin.

Mon ange gardien et moi, nous retrouvons de nouveau dans les étoiles. Il me dit alors que je dois continuer seule mais qu’il sera toujours présent. A partir de ce moment, j’ai l’impression que l’espace forme un grand trou entre lui et moi, qui ne cesse de s’élargir. C’est alors qu’il disparait dans cette brume épaisse et lumineuse.

C’est là que ma CAC me rappelle et que j’entends de nouveau vos paroles. Vous nous suggérez de penser à un paysage que l’on aime dans notre passé. Je me rappelle alors mon appartement lorsque j’étais petite. Je me retrouve alors dans le hall d’entrée, tout est exactement comme dans mes souvenirs. Je revois alors mon salon où la lumière du jour transperce la baie vitrée et remplit la maison d’une douce chaleur. Je m’avance alors dans le couloir. En arrivant tout au bout vers le bureau, je me rappelle alors les stores rouges qui mettent une belle couleur tamisée à l’appartement. Je tourne à gauche en direction de mon ancienne chambre. J’ouvre alors la porte et je me vois quand j’étais petite (4/5 ans).

Moi petite est assise par terre, jouant au Playmobil. Elle me regarde alors curieuse et interrogative, en me regardant fixement du coin de l’œil. Je l’ignore un peu et je redécouvre ma chambre en touchant mes meubles. Je les sens au niveau du bout de mes doigts (dans mon corps terrestre).

Je repars. Je sens toujours sur moi un regard posé sur moi et interrogatif de la part de moi, petite fille.

Je me retrouve devant ma fenêtre. Mon regard se pose sur le paysage avec les immeubles à côté en premier plan. Je tourne alors la tête et regarde à mon tour la petite moi qui n’a pas détourné le regard. Je lui souris alors et me sourit en retour. Elle se reconcentre de nouveau en jouant avec ses Playmobil. Je passe alors à côté d’elle et c’est comme si elle ne me remarquait pas (comme si je n’avais jamais existé).

J’ai alors l’envie de refaire le trajet de mon école, celui que je faisais quand j’étais petite.

Je descends alors des marches d’escalier à l’extérieur, tourne à droite, revois le grand carrefour et arrive dans la cour de mon école. Je la contemple. Il n’y a personne, juste les bâtiments sont là.

Je me rappelle alors qu’à côté de chez moi, il y a un bois où il est facile d’y accéder. J’y jouais étant petite avec des amies. Nous avions organisé une serre dans laquelle nous avions placé une chenille repérée une semaine plus tôt. Malheureusement, elle n’avait pas survécu.

A ce moment présent, j’arrive dans ce bois et je retrouve la serre avec une chrysalide à l’intérieur. Celle-ci s’ouvre et laisse place à un papillon bleu et blanc qui vient se poser sur la paume de ma main droite. Je l’admire pendant quelques instants puis ce papillon prend son envol.

Vous commencez à nous rappeler dans notre corps terrestre. Je sens alors le sol se déformer sous mes pieds et c’est comme si je tombais. C’est alors le noir complet.

J’aperçois un noyau. Je comprends que c’est le noyau du centre de la terre. Je vois à ce moment à 360 degrés. Je peux tout voir. Je vois toutes les racines des arbres et des plantes présents sur la terre. C’est alors que je me retourne. Le noyau est devenu rouge vif. J’appuie alors ma main dessus et je m’enfonce dans ce dernier.

Me revoilà alors dans l’univers. Je revois la terre, puis la ville de Bourges et enfin le Novotel. Je ne sais pas pourquoi, mais j’aperçois dans la rue une vieille dame, accompagnée d’un chien au pelage gris et avec de longs poils.

Je reviens alors dans mon corps ».

COMMENTAIRES :

Le lendemain, après ma 2ème séance de TCH, j’ai eu beaucoup de plaisir à vous raconter oralement ce « voyage » de ma première TCH. Vous m’avez alors expliqué que la petite fille « Moi » est probablement une régression de ma vie enfant.

Aujourd’hui, nous sommes le lundi 11 janvier et mes parents me rappellent que petite, je sentais souvent des « présences ». Je me rappelle précisément cette fois-là à 4/5 ans quand je jouais aux Playmobil que j’avais eu exactement la même réaction que celle visualisée lors de mon « voyage ». C’est fou, non ?

Je finis enfin mon témoignage en vous remerciant encore une fois pour le magnifique voyage que vous m’avez permise de vivre. Bonne continuation et au plaisir de vous revoir.

Manon Rousselot

 

Laisser un commentaire