ENCORE UN MÉDECIN…

…qui ose témoigner à visage découvert son expérience de TCH. Merci infiniment à lui pour son courage.

Je suis comme vous, je ne me lasse pas de lire ces récits qui sont d’autant plus probants quand ils sont écrits par des personnes que l’on sait aussi rigoureuses que des médecins, des juristes, des pilotes de ligne, des avocats, des professeurs d’université, un juge d’instruction ou des chercheurs du CNRS. J’ai déjà publié ici leurs TCH. Probants car ces personnes acceptent de témoigner à visage découvert sans avoir peur de mettre en péril leur statut social. Les temps changent car il y a à peine une dizaine d’années, personne n’aurait osé.

Bonjour cher confrère

Voici comme promis le compte-rendu de ma TCH de ce dimanche à Bruxelles.
J’étais venu vous écouter à Paris au colloque « La conscience et l’Invisible ».
Médecin, instructeur de Pleine Conscience et formé à l’hypnose, j’anime des formations pour les soignants y compris en Soins Palliatifs et comme vous, je suis convaincu que notre conscience existe en dehors de nos neurones.

J’ai appris par une amie votre venue à Bruxelles et je me suis inscrit à cet atelier de TCH par curiosité. Je vous avoue avoir été intéressé de voir comment vous procédiez, il se peut qu’à mon tour, je me forme à animer de telles expériences.
Le jour même, mon épouse a eu un accident qui lui a brisé une phalange et presque arraché un doigt. Nous avons été happés dans tout autre chose. J’ai pensé que cela tombait à l’eau (elle devait aussi y participer). Mais la prise en charge fut plus rapide que prévu, le chirurgien l’a suturée, brochée puis libérée et elle a souhaité, malgré la douleur, que nous y allions.

De sorte que je suis arrivé là l’esprit encore encombré, « distrait » de mes attentes.
Je suis très vite parti en hypnose, le corps lourd et engourdi. Et je n’ai pas attendu le signal pour partir de l’autre côté. Ma sœur décédée il y a plus de 30 ans m’a accueilli. Le décor était épuré, blanc, lumineux. Elle était souriante, calme, dans une longue robe assortie au reste.

Je me suis senti virevolter, j’étais heureux. Dans un palier suivant, mon père décédé il y a deux ans est apparu, lui aussi, heureux et souriant, rieur même. Je l’ai vu ensuite beaucoup plus jeune dans des vêtements et des décors que je ne connaissais pas, peut-être avant ma naissance ? Il y a eu un moment de joie intense où nous nous sommes retrouvés tous les trois dans les bras les uns des autres.

Et ensuite, lors des paliers suivants, ce fut une expérience de complétude extatique, d’accomplissement absolu. Je n’ai pas de vocabulaire dans mon registre pour décrire cet état de grâce. J’ai pu ressentir mon visage se transfigurer. Je sentais ma bouche grande ouverte, s’abreuver à cette source d’amour et de joie profonde. Mes bras et mes mains se sont levés et ouverts pour accueillir cette énergie. C’était juste prodigieux.

Quand vous nous avez rappelés dans le corps, je ne me suis pas dépêché, je voulais profiter encore de tout ce bonheur. Avant de retoucher terre, j’ai eu une dernière vision, ils étaient plus nombreux, mon père était accompagné de ma tante, de mon oncle et de ma sœur. Souriants, complices, ils m’ont fait signe de la main, et ma main leur a répondu. J’en ai encore les larmes aux yeux en l’écrivant.

Merci de tout cœur pour ce moment. Je pense que l’humanité a terriblement besoin d’être débarrassée de la peur de la mort. Je crois aussi que pouvoir se connecter à cette source d’amour inconditionnel est terriblement nourrissant. Pour se recharger, dans notre libre arbitre, et pouvoir à chaque instant choisir l’amour comme moteur plutôt que la peur et ses détours.

Vous pouvez bien sûr utiliser mon témoignage à toutes fins utiles.

Bien à vous,

Dr Olivier Bernard

Laisser un commentaire